POURQUOI ECLAIRER VOS LOCAUX

L'existence de l'homme est intimement liée à la lumière. Elle est indispensable à son équilibre vital, sa santé et son bien être. Elle l’influence d’un point de vue physiologique mais aussi psychologique. Il a été démontré que le manque de lumière naturelle était source de dépression, de fatigue et de stress, provoquant endormissement, sensation de fatigue, insomnie ou irritabilité. On observe que ces troubles s’amenuisent avec l’arrivée du printemps à mesure que les jours rallongent.

Ainsi, la lumière naturelle apparaît comme le mode d'éclairement le plus agréable, le plus performant et le plus économique. Elle se révèle être l'éclairage d'ambiance par excellence : son utilisation judicieuse est un atout majeur pour développer les qualités architecturales, énergétiques et environnementales d'un bâtiment, tout en optimisant le confort
visuel des usagers.

 

LE BIEN-ÊTRE DES OCCUPANTS

Les avantages physiologiques de la lumière naturelle pour les occupants d’un bâtiment sont multiples. Notre œil étant naturellement adapté à la lumière diurne, la lumière naturelle procure une perception visuelle maximale. Elle offre également une sensation de confort pour des niveaux d’éclairement inférieurs à ceux apportés artificiellement. Son caractère cyclique est un facteur important pour notre équilibre psychique. De plus, sa variabilité établit une harmonie avec le monde extérieur et crée une ambiance favorable au bien-être des occupants.

LA CONSOMMATION D'ÉNERGIE

L'extrême complexité du comportement de la lumière naturelle conduit de nombreux architectes à négliger les qualités intrinsèques de l'éclairage naturel au profit d'un éclairage artificiel plus adaptable. Or, l'éclairage artificiel représente une part très importante des consommations totales d'énergie de nombreux bâtiments.

En revanche, une bonne gestion de la lumière naturelle, alliée au contrôle de l'éclairage artificiel, présente l'avantage de réaliser de substantielles économies d'énergie, tout en améliorant le confort visuel des usagers. Par exemple, les charges d'éclairage des bureaux pourraient être réduites de 30 à 50% par l'emploi de systèmes de contrôle lumineux appropriés, tandis qu’une utilisation optimale de l'éclairage naturel permettrait de profiter des gains solaires pour réduire
les consommations de chauffage.

Ainsi, un bon éclairage naturel, un contrôle lumineux adéquat et une maintenance efficace entraînent une diminution considérable de la consommation énergétique totale d'un bâtiment.

L'IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Dans le cadre du développement durable, il est également important de prendre en compte l’impact environnemental de l’intégration d’un système d’éclairage naturel efficace dans un bâtiment.

En effet, une gestion optimisée de l’éclairage se traduit indirectement par une diminution des quantités de déchets produits par le bâtiment au cours de son fonctionnement ou lors de sa démolition. Ainsi, chaque lampe économisée supprime l’obligation de recyclage du gaz qu’elle renferme. De même, éviter la mise en œuvre d’une unité de climatisation élimine le problème du recyclage du fréon utilisé. L’emploi de la lumière naturelle est ainsi plus écologique que celui de la lumière artificielle.

LE COÛT

Pour conclure, rappelons qu’un bâtiment bien éclairé n’est pas forcément un bâtiment coûteux. La majeure partie des problèmes posés par la maîtrise de la lumière naturelle peut être résolue avec des procédés et des éléments constructifs courants.

A moyen et long terme, certaines dépenses liées à l’exploitation de la lumière naturelle dans un bâtiment sont compensées par une diminution des coûts de fonctionnement des systèmes d’éclairage et de climatisation qu’elles suscitent. Ces frais de fonctionnement recouvrent aussi bien des frais de maintenance sur les dépenses liées à la consommation d’énergie.

Enfin, certains investissements supplémentaires consentis en vue d’une gestion optimale de l’éclairage sont récupérés par la suppression d’autres systèmes ou éléments devenus inutiles. Le coût de protections solaires peut, par exemple, être contrebalancé par la suppression d’un système de climatisation.